Allergie aux protéines de lait de vache et Intolérance au lactose : Bien comprendre la différence

On peut trouver beaucoup d’articles sur le net pour expliquer ce qu’est l’APLV, l’Allergie aux Protéines de Lait de Vache. On en trouve aussi certains sur l’Intolérance au lactose. On en trouve également qui confondent les 2. Mais on en trouve rarement qui vont vraiment faire la distinction. C’est pourquoi je vais tâcher ici de parler des différences entre les 2, tout en les réexpliquant. 

Quelques définitions

Tout d’abord, qu’est-ce que l’APLV ? Et même, qu’est-ce que sont les PLV, les fameuses protéines de lait de vache. Sans rentrer dans des cours de biologie, il s’agit donc bien de protéines ! Pas de sucre, pas de ferments lactiques, pas d’histamine, mais des protéines.

Qu’est-ce que le lactose ? Le lactose est le sucre que nous trouvons dans le lait. Comme le fructose est le sucre que nous trouvons dans les fruits. On ne peut pas être allergique au lactose. En revanche, on peut ne pas le tolérer et le digérer correctement, on est alors intolérant.

On trouve les protéines de lait de vache dans tous les produits laitiers à base de lait de vache : beurre, crème, yaourts, fromage, laits infantiles en poudre, certaines margarines, … Et point important, on en trouve AUSSI dans les laits délactosés. Les laits délactosés sont des laits auxquels le lactose a été enlevé, mais pas les protéines de lait de vache.

On trouve du lactose dans tous les laits de mammifères, y compris le lait maternel féminin ! Dans les produits industriels achetés, lorsqu’il est écrit lactose, il s’agit donc bien de sucre, mais qui peut avoir été cultivé sur du lait de vache (95% des cas). C’est pourquoi dans ces cas-là, il est très souvent écrit sur les étiquettes de composition « traces éventuelles », ou « peut contenir du lait ».

Allergie aux protéines de lait de vache et Intolérance au lactose : Bien comprendre la différence

Les symptômes et réactions en fonction de la pathologie

L’allergie aux protéines de lait de vache est donc une réaction du système immunitaire à ces protéines et non au lactose qui se trouve dans le lait de vache. En cas d’ingestion, alors que nous sommes allergiques, notre organisme va faire réagir son système immunitaire pour lui dire que c’est un élément étranger et qu’il n’est pas accepté. Les réactions peuvent être alors diverses : respiratoires, digestives, et/ou cutanées.

Quand on est intolérant au lactose, c’est que notre système digestif a une insuffisance en lactase (la lactase est une enzyme digestive qui dégrade le sucre et aide à digérer le lactose). Plus l’humain grandit, moins il a de lactase dans son organisme. C’est pour cela que les intolérances au lactose surviennent dans la majorité des cas en grandissant et non bébé. L’intolérance au lactose est possible mais très, très rare chez les bébés. Les manifestations de l’intolérance sont donc principalement digestives, et ne pourront jamais entraîner un choc anaphylactique comme le fait une allergie.

Tableau récapitulatif des principales différences entre l'Allergie aux PLV et l'Intolérance au lactose

Allergie aux Protéines de lait de vache (APLV)
Intolérance au lactose
Concerne principalement les bébés et petits enfants
Concerne principalement les adultes et enfants plus grands
Est une réaction du système immunitaire contre des protéines considérées comme étrangères par notre organisme
Est une difficulté à digérer le sucre du lait, en raison d’un déficit en lactase de notre organisme
Les réactions peuvent être respiratoires, cutanées, digestives
Les réactions sont digestives, principalement.
Les allergies sévères aux PLVs peuvent provoquer des chocs anaphylactiques
L’intolérance au lactose ne provoquera jamais de choc anaphylactique.
On peut être allergique aux PLVs de manière immédiate, ou retardée, ou sous forme SEIPA.

Allaitement et APLV : possible ou pas ?

En sachant tout cela, une des questions qui revient souvent est : Puis-je allaiter mon bébé s’il est allergique aux protéines de lait de vache, ou puis-je l’allaiter s’il est intolérant au lactose ? La réponse ne sera pas la même en fonction de la pathologie.

Nous l’avons vu, l’intolérance au lactose est extrêmement rare chez les bébés. Mais si cela arrive, ils ne pourront effectivement plus être allaités car le lait maternel contient du lactose. Le diagnostic doit être établi par un médecin pour savoir quel lait pourra lui être substitué. J’insiste sur le fait que cela est rarissime. Mais je connais néanmoins une personne à qui s’est arrivé, qui n’a donc pas pu allaiter son dernier enfant alors qu’elle avait allaité les 2 autres. Son garçon a dû être supplémenté en lactase pour pouvoir ingérer des produits avec lactose. Ils ont pu arrêter la supplémentation aux alentours de ses 2 ans et demi. Le diagnostic avait été très long à trouver car justement on a plutôt tendance à se tourner vers l’APLV, mais là ce n’était pas le cas.

Et alors, est-ce que je peux l’allaiter si mon bébé est APLV ? La réponse est un grand OUI ! Oui bien sûr, mais sous une condition. Vous devez éliminer vous-même de votre alimentation toutes les Protéines de lait de vache. En effet, les PLVs que vous consommez passent dans votre lait. Votre enfant en consommera si vous en consommez. Il faut donc veiller à faire vous-même l’éviction. Cela vaut d’ailleurs pour toute allergie. Si votre enfant est allergique au poisson et que vous l’allaitez, vous devez aussi éliminer de votre alimentation le poisson. La règle d’or en cas d’allergie et d’allaitement est juste de faire les évictions des aliments auxquels votre enfant est allergique. Après je suis bien consciente que cela reste assez simple quand il s’agit d’un seul aliment, comme le lait, ou les œufs, mais, en cas, de poly allergies, les choses se corsent sérieusement pour pouvoir manger correctement. A vous donc d’agir en fonction de ce qui est possible pour vous.

Vous le voyez l’intolérance au lactose et l’allergie aux PLVs ont donc des mécanismes et conséquences différentes sur le corps humain. C’est pourquoi il est important de bien connaître la différence entre les 2.

N’hésitez pas à contacter votre médecin en cas de suspicion d’allergie aux Protéines de lait de vache pour qu’il puisse vous établir le diagnostic et vous indiquer la marche à suivre.

Articles liés

2 Commentaires

  1. Merci pour cet article qui me donne les larmes aux yeux. Mon fils a un SEIPA et il a failli nous quitter à ses 5 semaines après avoir ingérer un biberon de lait en poudre pendant mon absence. J’ai allaité mon bébé. Végétarienne j’avais un régime avec beaucoup de produits laitiers. Je l’empoisonnais sans le savoir. Après plusieurs semaines à l’hôpital pour récupérer, reprendre du poids, et maintes essais de lait en poudre, il ne tolérait que mon lait. On m’a dit de supprimer tous produits laitiers et protéines animales. Bébé allait beaucoup mieux.
    En revanche il faut absolument se faire accompagner par un nutritionniste qui comprenne la problématique.
    Nous avions très faim, j’ai beaucoup pleuré tellement la faim m’obsédait. Bébé allait mieux mais personne ne tenait compte de mon état de santé. Dénutrie après 6 mois d’allaitement exclusif, et bébé en carence également, je ne pouvais plus travailler. Je restais couchée le plus possible pour pouvoir m’occuper des enfants le soir. C’est grâce à une nutritionniste qui m’a prescrit un régime végan sans tofu mais avec pleins d’astuces pour avoir tous les apports. 3 mois plus tard, bébé et moi avions des résultats sanguins améliorés et la faim qui nous pesait s’était envolée.
    Si vous devez modifier votre régime, ne le faites pas seule. Je souhaite que par ce témoignage des mamans qui passent par là ne vivent pas ce que nous avons vécu.

  2. Courage! Il faut effectivement se faire accompagner quand les carences deviennent trop importantes. On trouve souvent en nous des ressources inestimables pour nos enfants, et vous en êtes la preuve.
    Merci beaucoup pour votre témoignage!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.