Pourquoi est-il si difficile d’avoir le bon diagnostic concernant les allergies alimentaires ?

Diagnostic de l’allergie alimentaire

Une question revient très souvent sur les réseaux sociaux ou les forums de discussion :
  • Mon enfant fait de l’eczema, est-il allergique ?
  • Mon enfant a une grosse crise d’urticaire, est-il allergique ?
  • Mon enfant fait des bronchiolites à répétition, est-il allergique ?
  • Mon enfant a les yeux gonflés et rouges, est-il allergique ?
  • Mon enfant dort mal, est-il allergique ?

Pourquoi cette question revient elle aussi souvent ? Est-il si compliqué de diagnostiquer la ou les allergies ? Les progrès de la médecine sont fulgurants en tout domaine, alors pourquoi le diagnostic de l’allergie est-il si difficile ? Et bien tout simplement car il existe autant de réactions allergiques possibles que d’enfants différents. Les réactions allergiques peuvent varier en fonction du type d’allergie, en fonction de l’allergène, en fonction de la quantité d’allergène avalée, en fonction de l’état de santé de son enfant à un instant T. Un enfant peut aussi réagir d’une certaine façon en étant bébé, puis ses symptômes vont prendre une autre forme en grandissant. Bref, les réactions peuvent être multiples et évoluer dans le temps.

comment diagnostiquer allergie alimentaire chez l'endant

Les manifestations allergiques peuvent avoir différents degrés de sévérité :

En dehors du choc anaphylactique et de l’oedeme de quincke qui ne laissent pas de place aux doutes, ces réactions sont souvent prises pour des maladies classiques infantiles : gastroentérite, rhinite, conjonctivite, eczema du nourrisson. Les médecins préfèrent en général écarter ces maladies avant d’en arriver à la suspicion d’allergie. Et puis, il est vrai que beaucoup de médecins ne sont pas formés au panel global de symptômes et de conséquences qu’entraînent les allergies. L’allergie et toutes ses formes ne cessent de progresser : en nombre, en conséquences graves et prend différentes formes. Une mise à jour fréquente et régulière est nécessaire pour les médecins pour se tenir à jour des dernières règles ou études sur le sujet. Par exemple, en 2017, l’ANSM (Agence nationale de Sécurité du Medicament) a diffusé à l’ensemble des professionnels médicaux une note les informant de ne surtout pas utiliser les vaccins contenant du lactose pour les enfants APLV. Pourtant, rares sont ceux ayant connaissance de cette note, et des erreurs fréquentes arrivent…

Comment diagnostiquer une allergie alimentaire ?

La pose du bon diagnostic peut parfois prendre de nombreux mois, voire années pour certains. Il arrive aussi malheureusement parfois que certains médecins ne croient pas la maman ou pensent qu’elle exagère, ce qui peut parfois repousser encore le diagnostic. Vous allez me dire, oui mais des tests existent ! Oui, en effet, plusieurs tests existent. Vous en trouverez le détail ici. Seulement, il arrive, notamment pour les allergies retardées que ces tests soient négatifs.

Pourtant votre enfant est bien allergique et vomit en jet ou déclare une otite à chaque ingestion de l’allergène. Dans ces cas-là, fréquents, il s’agit de faux négatifs et seule la clinique compte : votre enfant mange des œufs, il réagit ; votre enfant ne mange pas d’œufs, il ne réagit plus : bilan votre enfant présente bien une forme d’allergie à l’œuf.

En présence de tests tous négatifs, il peut être intéressant d’établir un carnet de bord alimentaire : noter tout ce que votre enfant mange et quelles sont les réactions au quotidien. Ce travail, certes, fastidieux peut vraiment vous aider à déceler l’aliment qui pose problème et aider le médecin dans son diagnostic.

Articles liés

Pas de commentaires pour le moment, ajoutez le votre !


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.